Dernière mise à jour : 2017-03-20 16:58:34
Menuiserie
Menuiseries & Occultations
Plateau sportif
Aire d’évolution
Dojo
Mur d’escalade
Électricité
Ascenseur
Ventilation
Revêtements de sols
Menuiserie
Revêtements muraux
Faux-Plafond
Caisson de toiture
Ossature
Zinc
Menuiseries & Occultations
Panneaux acoustiques
Charpente
Dallage
Dalle
Gabions
Murs béton
Terrassement
Fondations
Point F
Rangements extérieurs
Sanitaires & production d’eau chaude
Les étapes de conception
Gradins & Escaliers
Étanchéité

Électricité

Le passage des fourreaux sous terre

Avant de creuser, la maçon et l’électricien valident ensemble le passage des fourreaux électriques sur l’aire d’évolution du gymnase.

Les tranchées sont tracées à la bombe selon les repères indiqués sur les plans des réseaux.

La maçon creuse les tranchées pour faire la distribution des fourreaux  électriques de l’aire d’évolution. L’électricien déroule ensuite les gaines de protection des réseaux électriques, de couleur noire pour le courant fort (éclairage, prises) et verte pour le courant faible (téléphone et informatique).

Plusieurs tranchées sont effectuées pour tirer les fourreaux en polyolefines enterrés de l’aire d’évolution.

Ventilation

Le gymnase est équipé deux systèmes de ventilation, l’un à double flux et l’autre naturel.

La ventilation à double flux

Elle assure le renouvellement d’air par l’insufflation d’air neuf dans les salles du gymnase et l’extraction de l’air vicié dans les pièces. Elle maintient ainsi un air sain à l’intérieur du bâtiment en aspirant et rejetant les polluants à l’extérieur (acariens, pollens, bactéries…).
Elle permet également de récupérer la chaleur de l’air extrait pour chauffer l’air entrant. La présence d’une centrale équipée d’un échangeur dans le système de ventilation récupérè les calories de l’air extrait et les utilise pour « chauffer » l’air neuf.
L’air entrant de l’extérieur est filtré et réchauffé par la centrale pour être ensuite réinjecté dans les différentes salles du gymnase.

Un système de ventilation naturelle

La ventilation entièrement naturelle ne demande aucune consommation électrique. Elle est en ce sens économique et réduit l’impact du bâtiment sur l’environnement.
Chaque salle est équipée d’une ventilation basse et haute pour permettre le rafraichissement naturel de l’air.

 

Caisson de toiture

 

Les caissons de toiture sont fabriqués par la même entreprise que les murs en ossature et installés par l’entreprise LP Charpente.

Les caissons toiture de l’aire d’évolution

Les caissons recouvrant l’aire d’évolution sont réalisés avec :
– de la laine de roche d’une épaisseur de 7 cm pour l’isolation acoustique
– de la laine de verre 20 cm pour l’isolation thermique
– d’un pare-vapeur
54 panneaux recouvrent la zone d’aire d’évolution.

Les caissons sont livrés et stockés sur le chantier au fur et à mesure de l’avancement de la pose.

La pose des 54 caissons recouvrant l’aire d’évolution est encadrée par le chef de chantier de l’entreprise LP Charpente.

Le suivi de l’avancement du chantier effectué avec les plans de toiture.

La pose de la toiture est sécurisée par la pose d’un filet et d’un échafaudage.

Les caissons toiture de la salle d’escalade

L’isolation de cette partie de toiture est réalisée en paille comme les murs en ossature bois.

Les caissons seront fabriqués et posés cet automne.

 

Le platelage du toit de l’espace de rangement extérieur

Les menuisiers de l’entreprise Mathieu Gérard posent en toiture le plan composé de planches avant la pose du joint debout.

 

Ossature

Les murs en ossatures

Les murs en ossature bois ont été fabriqués par l’entreprise Farizon basée à Thonon-Les-Bains. L’isolant naturel des murs en bois est assuré par des bottes de paille. C’est un procédé novateur qui a nécessité à l’entreprise de suivre une formation pour être habilitée à réaliser ce type de panneau avec cet isolant biosourcé.

La fabrication des panneaux

Le bureau d’études de l’entreprise réalise les plans de fabrication des panneaux tout en intégrant la méthodologie d’acheminement et de mise en œuvre sur le chantier.

Chaque élément est modélisé numériquement avant la fabrication en atelier.

Les panneaux en ossature bois sont découpés et assemblés dans l’atelier. Les panneaux sont réalisés en bois massif.

Après la découpe et l’assemblage des éléments structuraux du panneau, une feuille de contre-plaqué vient fermer un côté du caisson.

La paille est conditionnée et livrée en petit ballot dimensionné à la hauteur et la largeur intérieur des caissons.

Un volume de 600 m3 de paille a été livré pour l’isolation des murs.
L’isolation des ossatures en bois

Les caissons sont remplis de ballots de paille et complétés avec de la laine minérale pour isoler les angles des panneaux.

Les ballots doivent conserver leur forme structurelle pour être intégrer dans le caisson.

Les caissons sont ensuite recouverts d’une protection pare-pluie.

Cette protection servira à protéger la paille durant toute la durée de vie du caisson.

Les panneaux préfabriqués sont ensuite livrés et stockés sur le chantier.

La 1ère livraison de l’entreprise Farizon.

La pose des panneaux est réalisée par les charpentiers de l’entreprise LP Charpente.

Les panneaux sont assemblés mécaniquement les uns avec les autres.

Au sol, les poutres permettant l’assemblage des murs en ossature sont redécoupés avant d’être élevées.

Les poteaux sont coupés et ajustés avant la mise en oeuvre.
Les murs sud et nord en ossature de l’aire d’évolution prêts pour accueillir les premières fermes de la charpente.
Après la pose de charpente, la fermeture de l’aire d’évolution en ossature bois.

La future salle d’escalade prend de la hauteur avec la pose de la structure bois et des premiers panneaux isolés de paille.

La structure bois au dessus du dojo atteint jusqu’à 13 mètres de haut

Sur les panneaux bois extérieurs de l’aire d’évolution, une couche d’isolant en laine de roche est posé directement sur la paille.

Le pare pluie installé entre l’isolant et le bardage permet la protection de la construction.

Sur la volige en épicéa (bardage) viendra ensuite se fixer l’habillage en zinc des façades.

 

Zinc

La couverture du toit de l’aire d’évolution

Le joint debout est idéal pour les couvertures de surface importante et de faible pente.
Il est réalisé en zinc avec des bacs façonnés particulièrement adapté aux régions de climat rigoureux et offre une étanchéité maximale.

La conception en lignes fines et régulières du joint debout apporte un aspect esthétique moderne à l’architecture du gymnase.

Le relevé et la fermeture du profilé sont effectués soit manuellement, soit mécaniquement à l’aide de profileuses

Dans la continuité du toit, les façades du gymnase sont habillées de zinc.

Les plaques de zinc sont fixées sur le bardage.

Menuiseries & Occultations

La fabrication des menuiseries extérieures

La fabrication de toutes les menuiseries intérieures et extérieures du gymnase est réalisée par l’entreprise ISOMIR. Début octobre a démarré dans les ateliers la fabrication des fenêtres extérieures.

Les plaques de verre sont livrées par paquet de 5 tonnes et mesurent chacune 6m x 3.20 m. Après avoir été contrôlées, elles sont découpées dans le 1er atelier selon les côtes des plans.

Les verres utilisés sont des verres feuilletés pour une sécurité optimale.

Après avoir été lavées et séchées, 2 plaques de verre vont ensuite être assemblées pour réaliser le double vitrage. La machine pose autour de la 1ere plaque un joint d’étanchéité et injecte du gaz argon. La seconde sera ensuite plaquée et pressée pour réaliser le vitrage des fenêtres du gymnase.

Ce procédé permet la fabrication des verres isolants.

La 2ème étape consiste en la fabrication du cadre. Les profilés laqués d’une longueur de 6.50 m sont découpés selon la taille des différentes pièces. Ils sont ensuite assemblée.

Le profilé alu des cadres sont du « warm edge »

Une fois passées en banc d’usinage pour réaliser les trous de serrure, le chainage, la ventilation…, les pièces de profilé sont assemblées avant la pose de la partie vitrée.

La fabrication d’une des fenêtre du dojo

 

La pose des menuiseries extérieures

L’équipe des menuisiers a installé durant l’hiver l’ensemble des ouvertures extérieurs.

Un joint de silicone est déposé sur la tranche du châssis pour l’étanchéité à l’eau et à l’air des fenêtres

 

L’installation aérienne des châssis et carreaux de la salle d’escalade située au dessus du dojo.

Les ouvertures de la salle d’escalade côté sud.

 

La pose de ventelles vitrées au dessus de l’espace gradins. Le poids des ventelles est évalué à près de 130 kilos.

Le vissage du cadre et la pose des caches en alu pour l’habillage.
Les grandes ouvertures disposées en hauteur côté nord du gymnase et les ouvertures côté sud du dojo.

 

 

 

 

 

 

 

Charpente

Etape réalisée en juillet-août 2016

La construction de la charpente recouvrant l’aire d’évolution du gymnase

Etape 1 : L’informatisation des plans

Les plans d’exécution « bois » ont été réalisés par le cabinet Arborescence (note de calcul, plan, résistance des matériaux, études séismique…).

A partir de ces éléments, le technicien du bureau d’études de l’entreprise LP Charpente élabore les plans techniques d’atelier, de montage et de mise en œuvre en coordination avec les plans du gros œuvre et du second œuvre. Il est en liaison quotidienne avec le responsable de l’atelier et le chef de chantier et l’entreprise Euro Lamellé, son fournisseur.

La maquette en 3D permet de visualiser toutes les phases d’élaboration de la charpente
Etape 2 : la fabrication des pièces en lamellé-collé

A partir de la maquette en 3D et des plans fournis par LP Charpente, l’entreprise Euro Lamellé a fabriqué les différentes pièces bois en lamellé-collé.

Un contrôle de l’aspect du bois (nœud, trou…) est réalisé par un opérateur
Le bois sélectionné est ensuite découpé et assemblé en fonction de la longueur de la pièce
Les lamelles en épicéa sont ensuite collés

Les deux intérêts de ce procédé sont d’une part, la fabrication de pièce de grande dimension ou de formes particulières et d’autre part, l’amélioration de la résistance mécanique par rapport à une pièce de bois massif (grâce au triage et à la purge des défauts).

La superposition des différentes couches de bois

Le principe du lamellé-collé a permis la fabrication sur mesure d’une partie des pièces de forme cintrée des « toblerones ».

La réalisation en lamellé collé des arcs du toblerone d’une longueur de 25 mètres
Etape 3 : l’usinage des pièces de la charpente

Après leur fabrication, les pièces en lamellé-collé de la charpente du gymnase ont été taillées dans les ateliers de LP Charpente (excepté les toblerones).

La programmation des machines
Toutes les machines de l’atelier sont informatisées et reliées au bureau d’études.

Les commandes numériques pour la taille des pièces de charpente

Chaque pièce taillée est identifiée et numérotée pour la pose sur le chantier
 Etape 4 : L’assemblage des toblerones

La charpente, constituée de 5 fermes de 5T6 chacune, a été assemblée en plusieurs fois.

Les toblerones formant les fermes de la charpente d’une longueur de 25 mètres ont été montés sur le site d’Euro Lamellé.

Une partie de l’atelier a été organisée pour l’assemblage des toblerones

Les tailles, les perçages et la pose des ferrures sur les poteaux des toblerones ont été réalisés par les charpentiers d’Euro Lamellé.

L’insertion des connecteurs métalliques pour le boulonnage

L’assemblage des différentes pièces nécessitent des ajustements de taille.

Le montage à blanc d’une ferme de charpente

Plusieurs manipulations de levage et de sanglage permettent l’assemblage du toblérone.

L’assemblage définitif des demi-fermes de charpentes
Etape 5 : la livraison des toblerones sur le chantier

C’est l’entreprise LP charpente qui s’est chargée du transport des toblerones. La proximité du site d’Euro Lamellé (30 Avenue de l’Arcalod à Rumilly) et du site du futur gymnase (ZA de Madrid – Rue des Grives) a facilité l’organisation du convoi exceptionnel.

Le chargement des toblerones chez l’entreprise Euro Lamellé.

Le cerclage des toblerones sur le camion

L’arrivée du convoi sur le chantier.

4 toblerones de 2T5 ont été chargés lors du premier convoi

Le déchargement des 4 premiers toblerones.

Les opérations de levage des toblerones ont été réalisées à la grue
Etape 6 : L’assemblage des fermes

Les toblerones ont été installés sur des supports spécialement conçus pour l’assemblage des fermes de la charpente.

La future aire d’évolution du gymnase utilisée pour l’assemblage des fermes

Chaque ferme de charpente est composée de 2 toblerones assemblés sur le chantier par l’équipe de menuiserie de l’entreprise LP charpente.

Etape 7 : Le levé de la charpente

La grue et un appareil de levage ont été nécessaires pour le levage des fermes de la charpente de 5T6.

L’installation de la première ferme de charpente

Le levé et la pose de la deuxième ferme.

5 fermes recouvriront au total l’aire d’évolution

Dallage

Le dallage du rez-de-chaussée

La dalle du sol du gymnase est constituée de plusieurs couches.
Un géotextile a été posé entre la terre et les graviers pour éviter toute remonter capillaire.

La couche de forme en graviers est répartie sur toute la surface du gymnase.

Un laser permet de mettre à niveau le sol de l’aire d’évolution et guider le conducteur de la mini-pelle pour répartir la couche de pierres conformément au niveau indiqué sur les plans.

Les 2 maçons travaillent en binôme : l’un prend les mesures et l’autre nivelle le sol.

Une couche de graviers fins est déposée sur le sol pierreux pour mieux répartir la surface de pose des panneaux d’isolant.

Les panneaux d’isolant en polystyrène expansé gris d’une épaisseur de 95 mm sont ensuite installées sur la couche de graviers fins. Ces panneaux présentent une très bonne performance sous chape.

L’isolation d’une partie du sol de l’aire d’évolution
Le sol de la salle de rangement extérieure isolé

Avant de couler le dallage béton, les armatures sont disposées directement sur les plaques d’isolant.

Le ferraillage de la dalle des vestiaires

Une double armature est posée sur l’isolant du sol de l’aire d’évolution.

Les 2 armatures superposées sont consolidées entre elles par les maçons avant le coulage du béton.

Pour terminer la préparation avant le dallage, le maçon a posé les réservations.

 Les réservations d’eau installées sur le sol de l’aire d’évolution

La journée du mardi 11 octobre 2016 a été consacrée au dallage de l’aire d’évolution du gymnase.

La truelle mécanique appelée aussi « hélicoptère » a été utilisée pour le lissage du sol béton.

 

Dalle

La dalle de l’étage

Deux procédés différents ont été utilisés pour la réalisation des dalles du niveau 1.

Le procédé classique coulé en place a été utilisé pour la réalisation de la dalle pour les zones situées hors dojo.

La pose du coffrage bois qui va servir à accueillir la dalle du 1er étage

2016-06-10 09.12.21 [1600x1200]

La pose des armatures sur le coffrage
Le coulage du béton et le tirage à la règle pour aplanir et lisser le béton

La dalle au dessus du Dojo a été réalisé par un procédé préfabriqué en  pré-dalles alvéolaires pour permettre de grandes portées sans poteau.

rajouter la porteé de la dalle

Une autre dalle de compression de 5 cm a été également réalisée au dessus des dalles alvéolaires pour accueillir le sol du mur d’escalade.

 

 

Gabions

Les gabions sont fabriqués avec de la pierre calcaire de Grésy aux couleurs grise et ocre extraite en 2ème couche dans les carrières Gaillard à Grésy-sur-Aix.

Après l’abattage de la roche à l’explosif, la pelleteuse dépose les morceaux de rocher dans un concasseur à mâchoires.

Les morceaux de roche sont réduits en pierres de plusieurs dimensions.

Ensuite les pierres sont passées au crible pour être triées et séparées selon différentes tailles.

Les pierres sont extraites selon 3 dimensions 0-50 / 50-80 / 70-140.

Les pierres de dimension 70-140 sont celles qui sont transportés sur le chantier pour être mises dans les gabions.

Après avoir été découpées, les grilles sont fixées sur le mur béton contre les panneaux extérieurs d’isolant.

La structure béton est isolée par l’extérieur avec des panneaux en  d’une épaisseur de 30 cm.

L’équipe des maçons de l’entreprise PINTO assemblent les pierres une à une dans les grilles.

Pour un rendu plus esthétique, les pierres sont retaillées avant d’être posées.

p1150092

La façade nord du gymnase habillée en gabions

 

 

 

 

Murs béton

L’entreprise de maçonnerie a utilisé deux techniques différentes pour la réalisation des murs en béton du gymnase.

Les pré-murs

Les murs extérieurs du gymnase ont été pré-fabriqués par l’entreprise du Préfa du Léman (Feigères) et dimensionnés en fonction des contraintes du chantier.
Ce sont des murs creux constitués de deux parois en béton qui ont été assemblées en usine et reliées par une armature et des raidisseurs métalliques.

Le stockage des prémurs sur le chantier nécessite l’organisation d’une zone de déchargement adaptée.
La pose des murs préfabriqués du dojo
L’installation des pré-murs de l’aire d’évolution
Les extrémités des murs préfabriques sont coffrés avant coulage du béton entre les 2 parois.
Ils sont livrés prêts à poser avec les réservations pour les ouvertures et les réseaux réalisées en usine.

Les avantages des murs-préfabriqués sont multiples : une mise en œuvre rapide, un chantier propre, la réduction des rotations des banches sur le chantier (utilisées uniquement pour les murs intérieurs), une qualité de parement et un coût moins onéreux.

Les murs banchés

Les murs intérieurs du rez de chaussée et du 1er étage du gymnase ont été réalisés par la méthode traditionnelle de mur coulé en place. Les banches sont utilisées pour coffrer les murs de béton armé.

L’huile végétale déposée sur les parois métalliques permet de faciliter le décoffrage du mur et d’en assurer une finition lisse.
La mise en place des banches est ensuite effectuée par le grutier.
 La pose des armatures et des mannequins bois pour les ouvertures du 1er mur banché du gymnase.
L’installation des éléments de coffrage pour la réalisation des murs intérieurs du rez-de-chaussée et du 1er étage.
L’approvisionnement en BPE local (Béton Prêt à l’Emploi) du chantier est réalisé par camion toupie. Celui-ci est acheminé par une benne à béton.

 

Les murs du rez de chaussée ferraillés pour accueillir la future dalle de l’étage et les gradins.

Le béton atteint sa résistance optimale au bout de 28 jours de séchage.

 

 

 

Terrassement

Des études géotechniques ont été réalisées en amont de la construction. Elles garantissent la viabilité et la durabilité de la construction en fonction du type de terrain.

Le terrassement du terrain

Cette étape préparatoire des travaux permet de stabiliser la construction et d’éviter les tassements, les glissements ou autres effondrements de sol. Il sert à préparer le terrain sur lequel sera réalisé le bâtiment.

Les premières opérations du terrassement consistent en un débroussaillement et un dégazonnement de tous les végétaux de surface.

L’arrachage des arbres et arbustes impropres aux opérations ultérieures de remblai.

Le décaissement est la première étape de déblai. La terre végétale est retirée pour conserver les couches du sol les plus aptes à la construction. La terre déblayée pourra être utilisé, après achèvement des travaux, pour l’aménagement des abords de la construction.

Le décapage des terres végétales

 

Le piquetage sert à implanter le bâtiment sur le fond de forme.

La délimitation des bâtiments se fait à l’aide d’un tachéomètre utilisé par les géomètres.

La réalisation des viabilités consistent à réaliser des fouilles pour enterrer les réseaux secs et humides nécessaires au fonctionnement du bâtiment.

 La pose des regards et réseaux des eaux pluviales et des eaux usées

La mise en place du fond de forme qui va permettre la réalisation des fondations et des accès routiers.

Le terrain est prêt pour le démarrage des fondations et la mise en place d’un enrobé pour voirie d’accès.

 

 

 

Fondations

La fondation assure la transmission et la répartition des charges de l’ouvrage dans le sol (poids propre du bâtiment, forces climatiques et surcharges liées à son utilisation). Elle forme la partie structurelle qui s’oppose au tassement et aux infiltrations.

Le piquetage matérialisé par un traçage au sol et des piquets permet de définir l’implantation du bâtiment et sert de guidage pour la réalisation des fondations.

Le repérage visuel de l’emplacement des futurs murs du gymnase se fait grâce au traçage au sol.

Les fouilles consistent à creuser des rigoles pour la réalisation des semelles. La réalisation des tranchées fait partie des travaux d’excavation nécessaires à la construction.

Les tranchées creusées à la pelleteuse doivent soigneusement être conformes au plan de construction

Deux procédés différents de coulages de semelles ont été utilisés selon le type de murs.

Pour les murs intérieurs réalisés en banché, une semelle traditionnelle dite « filante » a été réalisé. Après la pose des armatures, les maçons coulent le gros béton.

Le coulage en béton armé des fondations des murs intérieurs.

Les semelles accueillant les pré-murs ont été coulées en 2 fois.
La 1ère étape a consisté à couler le gros béton avec les armatures. Une fois le pré-mur posé, les maçons ont procédé au deuxième coulage du béton.

Un procédé de fondation (coulage et armatures )adapté à la pose murs préfabriqués et différents de celui utilisés pour les murs en banche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sanitaires & production d’eau chaude

La production « chaud » sera faite uniquement avec du bois. Deux chaudières équipées d’un silo de stockage à granulés seront installées sur la partie collège et chaufferont la partie gymnase.

Les étapes de conception

Conçu par le cabinet AER Architectes , le gymnase correspond à un équipement adapté aux besoins du collège dans la journée, avec une utilisation en dehors des heures de cours par les associations locales.
Sa conception doit permettre un ensemble harmonieux de ces différents usages pour lesquels un certain nombre de locaux seront mutualisés : vestiaires, sanitaires et locaux techniques.

Le descriptif du gymnase

Le gymnase représente au total une surface de plancher de plus de 2500m² sur 3 niveaux.

Descriptifs par niveau
Niveau 0 : Structure béton (murs et planchers) avec isolation extérieure et protection extérieure par gabions. La charpente de l’aire d’évolution est composée de 5 portiques bois en 3 dimensions d’une largeur de 25 mètres.
– Une aire d’évolution (1000m²) pour la pratique des sports collectifs (handball, basket, volley…),
– Une salle d’entraînement avec un dojo (300m²) ainsi que les annexes (vestiaires et bureau),
4 vestiaires pour les élèves et 2 vestiaires pour les professeurs et les arbitres,
– Des sanitaires et des locaux de rangements
Gymnase Plan Niveau 0
Niveau 1 : Murs en ossature bois avec isolation paille et traitement extérieur des façades par feuilles de zinc. La toiture est réalisée par caissons de bois.
Un espace pour les gradins (200m²) et des gradins sur l’aire d’évolution également (150 places assises),
– Une salle d’escalade (300m²) et des bureaux,
Des sanitaires et des locaux de rangements
Gymnase Plan Niveau 1
Niveau 2 :  La production de chaleur et d’eau chaude sanitaire sera réalisée par une chaufferie bois commune (collège et gymnase) implantée dans la partie collège.
Des locaux techniques (centrale de traitement d’air + sous-station)
Gymnase Plan Niveau 2
Extérieur : Un plateau sportif d’entraînement regroupant un anneau sportif, une piste de sauts et lancés et un terrain central d’activités engazonné
Un parking véhicules légers (40 places) qui jouxte un pôle d’échange de transport
Des sanitaires et des locaux de rangements

Les différentes étapes :
de la conception jusqu’à la réalisation

Phase concours
Présentation d’esquisses Etude et sélection sur dossier des candidatures (compétences, références, qualifications…).
Remise sous anonymat des esquisses par les 3 équipes de maîtrise d’œuvre sélectionnées  (dossier graphique avec  vues 3D, plans, mémoire explicatif architectural et  technique et enveloppe budgétaire) pour le choix final du jury
Analyse par la commission technique des 3 projets et présentation des conclusions techniques au jury par Amoland, Holis, Dekra et CDSA.
Etape de sélection  Choix d’un projet et d’une équipe de maîtrise d’œuvre par le jury et levée de l’anonymat
Notification du Marché de maîtrise d’œuvre à l’Agence AER Architectes.
Réunions de mise au point entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre pour le lancement de l’avant-projet sommaire.
Phase conception
Avant Projet Sommaire (A.P.S) Les études d’avant-projet définitif réalisées par l’équipe de maitrise d’œuvre se décomposent en plusieurs étapes :
– préciser la composition générale en plan et en volume ;
– apprécier les volumes intérieurs et l’aspect extérieur de l’ouvrage ;
– proposer les dispositions techniques pouvant être envisagées ;
– préciser le calendrier de réalisation et, le cas échéant, le découpage en tranches fonctionnelles ;
– établir une estimation provisoire du coût prévisionnel des travaux.
Avant Projet Détaillé (A.P.D) Les études d’avant-projet définitif ont pour objet de : -déterminer les surfaces détaillées de tous les éléments du programme,
– arrêter en plans, coupes et façades les dimensions de l’ouvrage, ainsi que son aspect ;
– définir les principes constructifs, les matériaux et les installations techniques ;
– établir l’estimation définitive du coût prévisionnel des travaux, décomposés en lots séparés ;
– permettre au maître de l’ouvrage d’arrêter définitivement le programme ;
– permettre l’établissement du forfait de rémunération dans les conditions prévues par le contrat de maîtrise d’œuvre.
Etudes de projet (PRO) Les éléments de mission de maîtrise d’œuvre sont les suivantes :
préciser par des plans, coupes et élévations, les formes des différents éléments de la construction, la nature et les caractéristiques des matériaux et les conditions de leur mise en œuvre ;
déterminer l’implantation, et l’encombrement de tous les éléments de structure et de tous les équipements techniques ;
préciser les tracés des alimentations et évacuations de tous les fluides ;
établir un coût prévisionnel des travaux décomposés par corps d’état, sur la base d’un avant-métré ;
– permettre au maître de l’ouvrage, au regard de cette évaluation, d’arrêter le coût prévisionnel de la réalisation de l’ouvrage et, par ailleurs, d’estimer les coûts de son exploitation ;
déterminer le délai global de réalisation de l’ouvrage.
Phase consultation
Dossier de Consultation des Entreprises (D.C.E) Préparation des pièces du marché de travaux réalisée par le service Marchés publics de la Communauté de Communes.
Montage des offres des entreprises et éventuellement groupement d’entreprises.
Assistance pour la Passation des Contrats de Travaux (A.C.T) L’assistance apportée au maître de l’ouvrage pour la passation du ou des contrats de travaux sur la base des études qu’il a approuvées a pour objet de :
– préparer la consultation des entreprises, en fonction du mode de passation et de dévolution des marchés ;
– préparer la sélection des candidats et examiner les candidatures obtenues ;
analyser les offres des entreprises et les variantes à ces offres ;
– préparer les mises au point permettant la passation du ou des contrats de travaux par le maître de l’ouvrage.
Phase exécution
Période de préparation de chantier :
Les études d’exécution Dans le prolongement du DCE, les études d’exécution ont pour objet la réalisation technique du projet :
-les plans d’exécution aux échelles appropriées, -les notes de calcul et les spécifications d’usage pour le chantier permettent l’exécution des travaux par les différents entrepreneurs pour la construction de l’ensemble du bâtiment.
Lancement opérationnel du chantier :
L’assistance apportée au maître de l’ouvrage pour la passation du ou des contrats de travaux (ACT, assistance pour la passation des contrats de travaux) sur la base des études qu’il a approuvées a pour objet :
La direction de l’exécution du ou des contrats de travaux  (D.E.T) Les missions de maîtrise d’œuvre consistent à :
– s’assurer que les documents d’exécution ainsi que les ouvrages en cours de réalisation respectent les dispositions des études effectuées ;
– s’assurer que les documents produits par l’entrepreneur, en application du contrat de travaux ainsi que l’exécution des travaux sont conformes audit contrat ;
délivrer tous ordres de service, établir tous procès-verbaux nécessaires à l’exécution du contrat de travaux, procéder aux constats contradictoires et organiser et diriger les réunions de chantier ;
vérifier les projets de décomptes mensuels ou les demandes d’avances présentés par l’entrepreneur, d’établir les états d’acomptes, de vérifier le projet de décompte final établi par l’entrepreneur, d’établir le décompte général ;
– assister le maître de l’ouvrage en cas de différend sur le règlement ou l’exécution des travaux.
L’ordonnancement, la coordination et le pilotage du chantier (O.P.C) La maîtrise d’œuvre a pour missions de :
analyser les tâches élémentaires portant sur les études d’exécution et les travaux, de déterminer leurs enchaînements ainsi que leur chemin critique par des documents graphiques ;
harmoniser dans le temps et dans l’espace les actions des différents intervenants au stade des travaux ;
au stade des travaux et jusqu’à la levée des réserves dans les délais impartis dans le ou les contrats de travaux, mettre en application les diverses mesures d’organisation arrêtées au titre de l’ordonnancement et de la coordination.
Assistance apportée au maître de l’ouvrage lors des Opérations de Réception (A.O.R) L’assistance apportée au maître de l’ouvrage lors des opérations de réception et pendant la période de garantie de parfait achèvement a pour objet de :
-organiser les opérations préalables à la réception des travaux ;
-assurer le suivi des réserves formulées lors de la réception des travaux jusqu’à leur levée ;
-procéder à l’examen des désordres signalés par le maître de l’ouvrage ;
-constituer le dossier des ouvrages exécutés nécessaires à leur exploitation.

 

Gradins & Escaliers

Les gradins

Les gradins qui accueilleront le public sur la zone d’évolution ont été préfabriqués. Au total 15 pièces ont été moulées sur mesure dans l’usine POTAIN MOULAGES (Nonglard).

Les étapes de préfabrication des gradins

Les éléments préfabriqués en béton armé ont été étudiés par le bureau d’étude chargé des structures.

La conception des moules est réalisée en contre-plaqué et en métal à partir des côtes des plans.

Découpées sur mesure, les planches en contre-plaqué sont ensuite installés sur les ateliers pour réaliser les moules étanches.

Le ferraillage est disposé à l’intérieur du coffrage servant de moule pour la réalisation des gradins.

Pour une finition plus lisse, le moule a été huilé avant la pose des armatures.

La fabrication du béton se fait sur place dans la centrale et il est ensuite acheminé par une benne dans l’atelier pour couler les ouvrages.

Du ciment, des granulats et de l’eau sont malaxés dans la centrale pour obtenir le béton.

Le coulage du béton se fait à l’aide d’une benne élévatrice.


Le gradin en béton armé est coulé à l’envers et sera retourné lors du démoulage.

La répartition du béton dans le moule est effectuée à l’aide de plusieurs procédés et outils.

Une aiguille à vibrations permet de mieux répartir le béton dans le moule et d’éviter les bulles d’air.



Le tirage à la règle permet de ôter le surplus de béton.

Les méthodes du talochage et de lissage sont utilisés pour obtenir une finition du béton bien lissée et homogène.



La finition du béton est réalisée manuellement.

Pour pouvoir déplacer les pièces moulées après leur séchage, la pose des organes de manutention est réalisée en 2 temps .

La pose des organes sur le coffrage du fond avant le coulage du béton
Pour l’autre face, l’organe est inséré dans le béton à la fin du lissage.

Le décoffrage du gradin du moule est réalisé avec les engins de levage pour être ensuite stocké dans l’usine.

Le gradin est retiré du moule après 17h de séchage.

Le chargement et la livraison des gradins est effectué par un transporteur local.

Plusieurs transports ont été organisés pour l’acheminement des gradins sur le chantier du gymnase à Rumilly.
La pose des gradins sur le chantier

Une fois livrés sur le chantier, les gradins ont été installés par l’équipe du gros œuvre.

Après la livraison, les pièces préfabriquées ont été assemblées sur le chantier selon les plans.
Les marches, les dernières pièces des gradins sont fixées sur la structure .

127 tonnes de béton ont été utilisées pour la fabrication des gradins.

Les escaliers

Le principe de fabrication est identique à celui des gradins. Ils ont été pré-fabriqués en usine et ensuite livrés sur le chantier pour être posés.

La pose des gradins et des escaliers sur le chantier est effectuée par l’entreprise de maçonnerie.

Étanchéité

Sur la partie toit plat du gymnase, l’étanchéité est réalisée par l’entreprise ALP’ACIER.

L’étanchéité des toitures plates s’obtient par la pose de membranes bitumineuses superposées dont les lés sont soudés latéralement les uns aux autres et en bouts. Ces couches rendent la construction étanche à l’eau de pluie, à la neige et à l’eau de fonte des neiges.

La membrane bitumineuse constituée d’une armature enrobée de bitume est posée sur toute la surface du plancher.

Afin de recouvrir en totalité la toiture, les charpentiers aident les recouvreurs à positionner une pièce de membrane sous la poutre.

Les joints de raccord sont réalisés à l’aide d’un poste à soudure pour chauffer les extrémités des membranes qui sont collées à chaud.

Sur cette 1ère couche seront ensuite posés l’isolant et un pare-vapeur.